La référence de l'immobilier du pays d'Aix depuis 30 ans
27 Juin

Votre agence immobilière d’Aix-en-Provence vous aide à déterminer le bon niveau de loyer !

Pour de nombreux propriétaires, déterminer le bon niveau de loyer est un casse-tête… Alors quels facteurs clés impactent le montant du loyer et comment déterminer le bon niveau de loyer ? Votre agence immobilière d’Aix-en-Provence fait le point.

Un vis-à-vis gênant fait baisser le loyer en moyenne de -3,9 %
Ce sont les appartements traversants qui ont les loyers les plus élevés (+2,5 %). A contrario, les appartements qui donnent sur rue ou avec un vis-à-vis important subissent une décote moyenne de respectivement -1,5 % et -3,9 %. Les logements avec une exposition Sud ou Ouest sont les plus recherchés et ont les loyers les plus élevés (+3,0 % et +1,5 %) ; alors que les locations avec une exposition Nord ou Est ont en moyenne des loyers plus faibles (-2,8 % et -1,0 %).

“L’exposition du logement est un indicateur pour sa luminosité”, précise Gilles Bourcy cofondateur de Homepilot, la startup fondée en 2017 et qui accompagne les propriétaires de la mise en location à la gestion locative de leur patrimoine. Une exposition Sud offrira le plus de lumière, alors que les logements exposés Nord seront généralement plus sombres.»

Les “petits plus” d’un appartement peuvent vite faire grimper le loyer
La présence d’un balcon augmentera le loyer en moyenne de +5,3 %. De même, une cuisine équipée ou des placards permettent en moyenne d’augmenter le loyer de +2 %. Par ailleurs, la présence d’un(e) concierge et des WC séparés dans le logement sont des éléments valorisés par les locataires (+2,4 % et +1,5 % de loyer en plus en moyenne).

Attention aux parties annexes du logement, qui peuvent plomber l’attractivité de la location
L’état des parties communes a un fort impact sur l’attractivité de la location. Ainsi, les logements avec des parties communes en mauvais état se louent en moyenne – 8,5 % moins cher. Il est de même pour les logements situés dans des immeubles avec un commerce de restauration ou d’alimentation au rez-de-chaussée (- 6,0 %) et les logements avec un environnement bruyant (- 2,9 %).

“Des parties communes en mauvais état traduisent souvent des problèmes structurels, qui peuvent peser sur la location au quotidien : mésentente entre copropriétaires, insécurité, insalubrité, manque d’entretien, etc.”, poursuit Gilles Bourcy.

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée